FR IT EN

Équipements de secours et de lutte contre l’incendie

Avant de transiter dans le tunnel, tous les poids lourds empruntent l'un des deux portiques thermographiques. Cet outil d’aide au contrôle (en phase expérimentale) permet de détecter des points anormalement chauds sur un ensemble routier.

Les différences de pression atmosphérique entre les deux têtes du tunnel créent un courant d’air longitudinal dans l’ouvrage. En cas d’incendie, la maîtrise de ce courant d’air est déterminante pour éviter la propagation rapide des fumées et pour les maintenir en voûte où elles sont aspirées. Pour ce faire, 24 ventilateurs (12 pour l’air frais, 12 pour l’air vicié), répartis dans 6 usines permettent la ventilation du tunnel. Deux gaines sont positionnées au-dessus de la dalle du tunnel. L’une permet l’aspiration et l’évacuation de l’air vicié ou des fumées par les trappes de désenfumage situées tous les 130 m. La seconde permet d’injecter de l’air frais dans le tunnel par les 2 860 carneaux de ventilation situés tous les 4,50 m.
D’une capacité totale de 1 500 m³/s pour l’apport en air frais et de 1 250 m³/s pour l’évacuation de l’air vicié, le système est entièrement automatisé et relié à la GTC (Gestion Technique Centralisée).

Deux réservoirs d’eau, d’une capacité de 500 m³ en Italie, et 250 m³ en France alimentent 106 poteaux d’incendie répartis tous les 130 m dans le tunnel et sur les plateformes extérieures.

Tous les véhicules de lutte contre l’incendie sont équipés de caméras thermiques pour progresser dans un milieu enfumé, et d’un circuit d’alimentation en air du moteur et de cabine. Le TITAN 1 700 est reconnaissable par ses 4 roues directrices qui lui confèrent un faible rayon giratoire ; l’ATLAS possède une pompe autorégulée simple de mise en oeuvre ; le G270 sert de véhicule de remplacement en cas de défaillance d’un véhicule d’intervention ; le camion-citerne a une capacité en eau plus importante.

Tous les véhicules spécifiquement dédiés à la mise en sécurité des usagers, sont également équipés de caméras thermiques et d’un circuit d’alimentation en air du moteur et de la cabine. La navette d’évacuation ORTHROS à double tête, véritable "abri roulant" peut évacuer plusieurs dizaines de personnes. Deux véhicules légers d’évacuation servent de véhicules de remplacement.
Dix véhicules de patrouille sont équipés d’un système d’extinction (citerne de 100 L d’eau + émulseur mis sous pression par une bouteille d’air à 200 bars), d’un système de pressurisation de la cabine (pour éviter l’entrée des fumées), de 2 Appareils Respiratoires Isolants (ARI)… Ils servent à l’accompagnement des matières dangereuses et effectuent en permanence des patrouilles de surveillance.

Depuis 2005, le tunnel est équipé de 2 postes fixes qui disposent chacun d’un véhicule d’extinction des incendies “Le Titan”. Ces bases avancées, situées à 4 km de chaque entrée du tunnel permettent de diviser le tunnel en trois sections de 4 000 m environ. Dans chaque poste fixe, 2 Pompiers Sécurité Tunnel sont présents 24 h/24, 365 jours par an, et effectuent des rotations toutes les 2 heures.

L'objectif principal est de réduire les délais d’intervention pour :

  • Maîtriser rapidement un début d’incendie.
  • Limiter ses risques de propagation.
  • Favoriser l’évacuation des usagers
  • Stopper un véhicule en déplacement produisant de la fumée en utilisant les moyens incendie.

Ce sont au total plus de 120 personnes pour les deux sociétés SFTRF-SITAF, qui à ce jour, prennent en charge la gestion du trafic et la sécurité incendie au Tunnel du Fréjus.